Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

đŸ”” Tribune – Amadou Mohamed Fofana : « L’immobilier de rente asphyxie l’Ă©conomie Africaine »

Amadou Mohamed Fofana est Directeur associĂ© au Cabinet Conseil SIGMA , Jeune entrepreneur Africain symbole du leadership jeune en CĂŽte d’Ivoire. Motivateur – conseiller en communication – meilleur entrepreneur 2017- promoteur du Salon Africain de l Entrepreneuriat

Publié

Le

Certains me traiterons de “fou” tout comme GalilĂ©e quand il disait que la terre Ă©tait ronde a Ă©tĂ© condamnĂ© pour hĂ©rĂ©sie. Chaque immeuble construit est une entreprise abandonnĂ©e, quel mauvais Ă©change !

Un bĂątiment c’est en moyenne : 100.000.000 d’immobilisation pour une rente mensuelle de 3.000.000, un gardien et une femme de mĂ©nage pour les espaces communs sous payĂ©s dans la plupart des cas (et trĂšs souvent c’est la mĂȘme personne). Impact social : 0. Un amortissement qui s’annonce trĂšs long et pĂ©nible (sans compter la dĂ©gradation) mais surtout, sans crĂ©er de vĂ©ritables valeurs ajoutĂ©es.

La conscience collective aime Ă  s’accorder Ă  cette idĂ©e chimĂ©rique selon laquelle « l’immobilier de rente c’est la sĂ©curitĂ© ! » Nonobstant, 100.000.000 bĂątit une usine qui embaucherait en moyenne 50 personnes et donc impactera directement la vie de 50 familles soit environ 200 personnes. Bien gĂ©rĂ©e, sa rentabilitĂ© ne sera que croissante. Ses productions rĂ©pondrons aux besoins de la population et amĂ©liorera les conditions de vie.

“CHAQUE IMMEUBLE QUI POUSSE EST UNE INDUSTRIE QUI NE VERRA JAMAIS LE JOUR”

On parle d’industrialisation pour notre dĂ©veloppement et contre la balance commerciale dĂ©ficitaire mais : chaque immeuble “qui pousse” est une usine qui ne verra jamais le jour ! L’économie d’un État est basĂ©e sur le secteur privĂ©e. Si tout le monde thĂ©orise et que personne n’investit, Ă  la fin de la journĂ©e on court tous droit vers l’asphyxie. Dans le meilleur des cas, la disparitĂ© sociale sera encore plus grande. Moins de riche et beaucoup plus de pauvre.

Comment peut on Ă©voluer dans une sociĂ©tĂ© et ĂȘtre si Ă©goĂŻste ?! Si vous ne donner pas la part de la sociĂ©tĂ©, elle viendra vous le rĂ©clamer et pas Ă  votre aise … Si il n’y a pas de travail et donc pas de travailleurs, qui va louer vos appartements ?

Ne mettons pas la charrue avant les bƓufs … l’État doit rĂ©glementer (voir interdire) sur une certaine pĂ©riode, la construction des immeubles Ă  tout vents et imposer la crĂ©ation d’entreprise et d’industries pourvoyeuse de richesse et d’emplois pour la sociĂ©tĂ©.

Voyant venir vos nombreuses interrogations sur le sujet je souhaite préciser quelques points important pour comprendre cette problématique :

1- Je parle bien ici de l’immobilier de rente, c’est Ă  dire construire pour faire louer. On devrait pouvoir construire pour vendre et que certains mĂ©canismes Étatique puissent davantage faciliter l’accĂšs Ă  la propriĂ©tĂ© pour tous.

2- Tout le monde ne devrait pas construire un immeuble Ă  rente, le secteur devrais ĂȘtre reformĂ© car un « nouveau riche » qui vient de faire une affaire, qui gagne 100.000.000 et qui les injecte directement dans une immobilisation Ă  rente est un danger pour notre Ă©conomie.

3- Cette reforme ne mettrait point en mal l’industrie du bĂątiment, non seulement une usine ça se construit aussi, mais encore, il est toujours prĂ©fĂ©rable d’acheter ou de construire sa maison que d’en louer une : voici le vrai point !

4- Quant Ă  la question sur la sĂ©curisation du capital 
 Nous sommes au 21Ăšme siĂšcle, le monde a Ă©voluĂ©, Jeff Bezos ne vit pas de rente d’un immeuble !!!! Et il existe une multitude d’activitĂ©s gĂ©nĂ©ratrices de revenues plus attrayantes avec un meilleur impact social que l’immobilier de rente.

5- Et OUI, tu peux gagnes ton argent tout seul et l’État vient te dire ce que tu dois faire ou pas avec, c’est le rĂŽle de l’État de crĂ©er les conditions de dĂ©veloppement et de s’assurer de leur effectivitĂ©. Par exemple, tu peux acheter ta Lamborghini qui va Ă  400km/h mais quand tu roules Ă  Abidjan ou Ă  Douala et que tu dĂ©passes les 120Km/h tu es en infraction !

Mohamed Fofana
SIGMA – Cabinet Conseil
www.cabinet-sigma.com

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK ACTU

🔮 Tribune – Alex SIEWE : AssemblĂ©e gĂ©nĂ©rale de la CAF, un voyage sur les bords du Nil

Alex SIEWE est le Directeur de la communication de la ‎ConfĂ©dĂ©ration Africaine De Football (CAF) Ű§Ù„Ű§ŰȘۭۧۯ Ű§Ù„ŰŁÙŰ±ÙŠÙ‚ÙŠ Ù„ÙƒŰ±Ű© Ű§Ù„Ù‚ŰŻÙ…â€Ž

Publié

Le

Par

En s’essayant aux pas de danse du lĂ©gendaire Roger Milla, le PrĂ©sident de la ConfĂ©dĂ©ration Africaine de football (CAF) a remuĂ© une salle jusqu’ici bien sage. A sa façon, le Dr Patrice Motsepe se rĂ©jouissait dĂ©jĂ  Ă  l’idĂ©e de voir le Cameroun organiser la meilleure des Ă©ditions de la CAN car en visite dans ce pays, dit-il, il avait rarement vu ailleurs cette passion qu’ont les Camerounais pour le foot. Face Ă  lui, le PrĂ©sident de la FIFA, Gianni Infantino fait de la tĂȘte un geste d’approbation en prĂ©parant son intervention.

« Le Cameroun est prĂȘt Ă  95% » a t-il notĂ© avant de rappeler que la CAF va continuer Ă  soutenir les efforts de ce pays notamment au stade d’Olembe et Ă  Garoua. A ce moment, le Pr Mouelle Kombi, Ministre des Sports et PrĂ©sident du COCAN, a laissĂ© une lumiĂšre traverser son visage qui se dĂ©crispe enfin. A cĂŽtĂ© de lui, le patron de la Task Force n’exprime encore aucune Ă©motion.

« Merci à tous et rendez-vous au Cameroun »

Dr Patrice Motsepe, Président de la CAF

C’est par cette invitation aux dĂ©lĂ©guĂ©s que le Dr Patrice Motsepe clĂŽture les travaux de la 13e AssemblĂ©e GĂ©nĂ©rale Extraordinaire (AGE) de la CAF, Ă  l’historique hĂŽtel Marriott Mena House du Caire (1869), aux pieds des Pyramides de Gizeh. Le sommet du football Africain prenait ainsi date pour la grand-messe continentale qui s’ouvre Ă  YaoundĂ© le 9 janvier 2022.

En quittant avec sa dĂ©lĂ©gation les couloirs colorĂ©s de la salle de confĂ©rence de cet hĂŽtel mythique, Ferdinand Ngoh Ngoh le Ministre d’État- SecrĂ©taire GĂ©nĂ©ral Ă  la PrĂ©sidence de la RĂ©publique qui conduisait la dĂ©lĂ©gation de son pays, affiche une mine plus Ă©panouie, comme un signe de mission accomplie. Un long apartĂ© avec le PrĂ©sident de la CAF Ă  la fin des travaux et les propos sans ambiguĂŻtĂ© du Dr Motsepe Ă  la tribune, ont visiblement dĂ©tendu l’atmosphĂšre et clarifiĂ© les enjeux autour d’un Ă©vĂ©nement qui nourrit fantasmes et scĂ©narios des plus surrĂ©alistes. L’Ă©change entre le Dr Motsepe et cet invitĂ© de marque s’est poursuivi bien au-delĂ  de la salle et les paroles n’Ă©taient pas que convenues.

L’Égypte, pays hĂŽte de cette AGE avait multipliĂ© les marques d’hospitalitĂ©. Le Cameroun pays invitĂ©, au titre d’organisateur de la CAN, repart du site la tĂȘte dans les Ă©toiles. Le Directeur du tournoi de la CAN #TotalEnergiesCameroun2021, Michel Dissake plane. Il a dĂ©jĂ  le regard tournĂ© vers les pyramides en face qu’il veut visiter. Le Dr Mohamadou Labarang, le prĂ©venant Ambassadeur du Cameroun en Égypte va peut-ĂȘtre lui sauver la mise. Car Seidou Mbombo Njoya le PrĂ©sident de la FECAFOOT et Vice-PrĂ©sident de la CAF ne peut rien faire pour lui, il s’envole le soir mĂȘme pour Doha au Qatar.

« Tout cela mĂ©rite un bon verre M. le Ministre d’État »

Véron Mosengo-Omba, Secrétaire Général de la CAF

Lança le SecrĂ©taire GĂ©nĂ©ral de la CAF, VĂ©ron Mosengo-Omba, Ă  la dĂ©lĂ©gation Camerounaise Ă  qui il offra une tournĂ©e au Restaurant de l’hĂŽtel. En levant leurs verres, les deux parties prononcent des vƓux bruyants que seuls n’expliquent pas, la fraĂźcheur et le goĂ»t exquis des cocktails cairotes. Les Camerounais en ont besoin en tout cas. Le sommeil a Ă©tĂ© court et la matinĂ©e aux pas de course. Elle se termine sous les airs d’une reprise inspirĂ©e de l’anthologique « The Best is yet to come« , qui monte dans la salle. La lĂ©gende fait de cet hĂŽtel le prĂ©fĂ©rĂ© de Frank Sinatra au Caire.

Lire la suite

ABK ACTU

âŻïž Anicet Duprix MANI : « Il ne revient pas Ă  CĂ©lestine KETCHA COURTÉS d’interpeller l’autoritĂ© administrative »

Anicet Duprix MANI, Communicant RDPC

Publié

Le

Par

Pour rĂ©Ă©couter en intĂ©gralitĂ© l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

[10:29, 22/11/2021] Ruffine Moghem: C’est un sujet converse . Il ne revient pas au ministre CĂ©lestine Ketcha d’interpeller l’autoritĂ© administrative en cas de dĂ©faillance constatĂ©e ,il y a eu une mĂ©prise de la procĂ©dure. Il y a eu un abus d’autoritĂ© je le concĂšde sur votre plateau « 
[10:31, 22/11/2021] Ruffine Moghem:  » Célestine Ketcha Courtes a beaucoup donné au RDPC et continue de donner .Elle ne dérange pas

 » Célestine KETCHA COURTÈS a beaucoup donné au RDPC et continue de donner. Elle ne dérange pas. »

 » Au sujet du rapport final de la chambre des comptes sur la gestion des fonds Covid-19, il faut fĂ©liciter ce rapport. Cela dĂ©note la volontĂ© de notre Chef d’État de combattre la corruption. Un rapport d’audit, il ne nous est pas autorisĂ© d’en faire un commentaire. Les juges s’en saisiront de ce rapport pour approfondir l’enquĂȘte, car un rapport d’audit n’est pas une bible. « 

 » Il ne revient pas au ministre CĂ©lestine KETCHA COURTÉS d’interpeller l’autoritĂ© administrative en cas de dĂ©faillance constatĂ©e. Il y a eu une mĂ©prise de la procĂ©dure. Il y a eu un abus d’autoritĂ©, je le concĂšde sur votre plateau. »

 » Faisons attention avec les ministÚres épinglés dans ce rapport et les administrateurs, la justice va saisir ce dossier et établir les responsabilités. »

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES