Nos réseaux sociaux

CULTURE & SOCIÉTÉ

⏯️ Prince NDEDI EYANGO :  » J’ai été opéré deux fois des cordes vocales, Dieu merci j’ai encore la capacité de chanter »

PRINCE NDEDI EYANGO, Artiste musicien, Producteur.

Publié

Le

Pour réécouter en intégralité l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

 » Quand j’arrive à Douala dans les années 70, j’étais à la recherche des repères, vu que je voulais faire de la musique et j’étais déjà guitariste. Et la première personne que je voulais rencontrer c’était TOTO GUILLAUME, malheureusement il était déjà parti du groupe les Black Style, puis je suis tombé Émile KANGUE, qui ne m’a pas bien reçu. Je dois dire que je me suis senti abattu; et c’est alors que je suis tombé sur NKOTTI François qui m’a accueilli à bras ouverts et a cru en mon talent. »

 » J’ai été opéré deux fois des cordes vocales aux États-Unis, en 1993 et 1998. Dieu merci, j’ai encore la capacité de chanter »

 » « YOU MUST CALCULER » est un jeu de mots. C’est une chanson où j’ai tout conçu à savoir : le texte, la mélodie, la guitare, la basse. Je voulais apporter une révolution au Makossa. Et aussi le Makossa à l’époque ne se jouait pas dans les boîtes de nuit africaines. Et avec « YOU MUST CALCULER», je voulais briser les barrières. »

 » Le public a beaucoup aimé la chanson «PATOU». Je n’ai pas tourné de clip pour cette chanson parce que la CRTV la trouvait subversive… et donc «PATOU» n’a pas été diffusée à la radio ni à la télé. J’ai plutôt fait le clip de «SOUL BOTINGO». »

 » À la fin des années 90, je venais de mettre fin à mon contrat avec TJR (avec Aladji Touré). Alors je suis allé aux USA pour commencer mes productions. Et aussi j’avais constaté que la musique Camerounaise avait pris un coup avec le Ndombolo et le Mapouka. Il fallait faire quelque chose. J’incite les artistes à chanter leurs propres chansons, il ne sert à rien d’être au Cameroun et se mettre à chanter comme des américains. Quand on te dit que «tu chantes comme tel ou tel artiste», ce n’est pas un compliment, c’est manquer d’identité . »

 » Jacky Kingue à l’époque LONGUE LONGUE avait déjà du succès. Je rencontre ce jeune artiste au cabaret, il avait un grain particulier dans sa voix et c’est ça qui a attiré mon attention. Le lendemain on a pris RDV et tout est parti de là. »

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CULTURE & SOCIÉTÉ

⏯️ Louis Marie KAKDEU : « La liberté économique a régressé en 2021 au Cameroun à cause de la pression fiscale »

Louis Marie KAKDEU, Universitaire, chroniqueur permanent ABK Matin

Publié

Le

Par

Pour réécouter en intégralité l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

 » En ce qui concerne l’année 2021, la viabilité du budget n’a pas été respectée; cela passe par l’absence de la création des richesses au niveau national. Le gouvernement a eu moins de recettes fiscales pour pouvoir être à la hauteur de ses engagements. Le gouvernement a été obligé de s’endetter pour soutenir les caisses. »

 » Au sujet de la balance commerciale, si nous prenons les secteurs de l’agriculture et de l’élevage, toutes les exonérations accordées ont été essentiellement sur les produits importés (. ..) Beaucoup d’entrepreneurs économiques ont fermé pour se remettre à l’importation. Le riz Camerounais n’est pas promu, il est plus facile d’importer le riz que de le produire localement et cela va continuer ainsi en 2022. »

 » Parlant de la sécurité alimentaire en 2021 au Cameroun, la qualité de ce que nous mangeons s’est dégradée en 2021 et même la quantité. L’on assiste à la prolifération des produits contrefaits. La période des fêtes de fin d’année nous a permis de constater cela. Les produits qu’on retrouve sur les marchés sont essentiellement non contrôlés ; l’intoxication alimentaire est montée d’un train. »

 » La liberté économique a régressé en 2021 au Cameroun. Tout ce qui est produit au Cameroun subit une pression fiscale et une fermeture. »

Lire la suite

BIOGRAPHIE

🔵 MÉMOIRES D’ARTISTES : A la découverte de François MISSE NGOH

Publié

Le

Par

Né le 17 juillet 1953 à Mbonjo village situé sur les rives du Moungo, François MISSE NGOH n’a pas eu la chance de connaître son père car décédé alors qu’il n’avait que 11 mois. Mais il a eu la grâce d’avoir une mère vertueuse et valeureuse qui se battait pour élever ses enfants.

Après des études de sténographie (Écriture abrégée, formée de signes propres qui permet de noter la parole à la vitesse de prononciation normale.) Qu’il a dû abandonner par manque de moyens financiers, François MISSE NGOH débute sa carrière musicale en 1967 en tant que guitariste-chanteur. Il faut dire que François est un autodidacte, vu qu’il a appris les bases de la guitare tout seul avant de prendre des cours auprès d’un aîné.

En 1970 âgé de 17 ans, Il intègre le groupe Los Calvinos, orchestre que venait de quitter NELLE Eyoum l’un des pères du Makossa. Il va falloir attendre 1972 pour qu’il sorte son premier 45 tours «Wa Na Mba›› qu’il dédie à sa mère. Le disque est une production de Jico qui était un producteur basé à Douala.

En 1975, il contacte les studios Sonafric basés en France pour leur proposer d’enregistrer son premier album. La réponse du label sera positive et immédiate. Sauf que François n’avait pas l’argent pour se rendre à Paris car il lui fallait 120 000 FCFA . Il va donc conclure un arrangement financier avec le Producteur Mathias Njocka : le dit arrangement stipulait que François compose un 33 tours pour Mathias.

François MISSE NGOH a aligné plusieurs succès avec une très large discographie dont entre autre EA NDE LONGE / EYALA NDOLO , NGON’A SOUZA EN 1978, CHARLOTTE AMELIE EN 1979, MOUSSANGO EN 1985, FEU ROUGE EN 1991, ALPHA ET OMEGA, UN MARI AVANT TOUT OLÉ OLÉ OU ENCORE POUR L’AMOUR DU CIEL.

François MISSE NGOH est surtout un auteur compositeur remarquable à travers la profondeur et la sensibilité des textes contenus dans ses chansons.

Dans une interview qu’il a accordée au journal mutations en 2009, il témoigne :

« DANS MES CHANSONS, L’ÉCRITURE EST PRIMORDIALE, JE PRIVILÉGIE LA PLUME, UN PEU DE PHILOSOPHIE DE TEMPS EN TEMPS. C’EST CE QUI À MON AVIS, FAIT LA FORCE DE MES TEXTES ET DE MA MUSIQUE”.

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES