Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

🔴 SANTÉ : Épidémie de choléra, de nouveaux cas dans les régions du Sud-Ouest et du Centre

Publié

Le

Un nouveau cas a été découvert dans la région du Centre et 9 autres cas dans la région du Sud-Ouest.

Dans un communiqué de presse rendu public le 1er novembre 2021, le ministre de la santé publique, Dr Manaouda Malachie informe l’opinion publique que plusieurs cas de choléra ont été confirmés dans la localité d’Ekondo Titi, région du Sud-Ouest, département du Diang et dans la ville de Yaoundé, région du Centre, département du Mfoundi, entre le 27 et le 30 octobre 2021.

Au vu de la résurgence de l’épidémie de choléra dont la situation actuelle fait état de 10 cas confirmés dont 9 dans la localité d’Ekondo Titi et 1 dans la ville de Yaoundé, le ministre de la santé publique invite les populations a faire preuve de plus de prudence en respectant les mesures de contrôle.

À Douala pour empêcher que cette épidémie ne se propage, les autorités sanitaires ont mis en état d’alarme le personnel soignant au vu de la résurgence de la maladie.

Mauvaise hygiène.

Il faut dire que cette résurgence de l’épidémie de choléra survient au moment où l’entreprise en charge de la collecte des ordures ménagères au Cameroun, HYSACAM a observé une semaine de grève sur l’ensemble du triangle national en raison de trois mois d’arriérés de salaire. Comme conséquence immédiate, les rues de la plupart des villes du pays sont jonchées des déchets.

Le choléra reste une menace dans les pays où l’hygiène est précaire.  » La principale cause du choléra c’est la mauvaise hygiène, actuellement au Cameroun l’hygiène n’est pas l’apanage de notre pays, la grève d’HYSACAM est un très grand problème du fait que la population peut se contaminer » argue Dr Vanessa Adrienne KOUATCHOUANG NJEWEL Épidémiologiste.

Urgence du respect des mesures d’hygiène de base.

Les populations doivent redoubler de vigilance pour se mettre à l’abri de ce tueur silencieux qui touche toutes les couches sociales sans exception. Comme mesure d’hygiène générale, nous avons  » le lavage systématique des mains avant et après les repas, la désinfection les aliments avant consommation notamment les fruits et légumes » areil pour le couvert que nous utilisons à table  » indique Dr Vanessa Adrienne KOUATCHOUANG NJEWEL Épidémiologiste.

 » La construction des latrines dans les zones de regroupements humains isolés, l’amélioration de l’accès à l’eau potable, le développement de l’éducation sanitaire et surtout éviter de déféquer à l’air libre au risque de propager le vibrion cholérique que l’on retrouve généralement dans les eaux souillées par des matières fécales contaminées » renchérit-elle.

Bien que les chiffres exacts de la situation globale de l’épidémie pour le compte de l’année en cours, ne soient pas encore disponibles, il reste que le choléra est un problème de santé publique au Cameroun. Pour mémoire, c’est la deuxième fois en l’espace de deux mois seulement que cette maladie hydrique touche la capitale au cours de cette année. C’est dire que même les grandes villes ne sont pas à l’abri de cette épidémie. Il urge donc que les populations remettent un accent particulier sur le respect des règles d’hygiène élémentaires telles qu’édictées plus haut par l’épidémiologiste. Le gouvernement de son côté doit intensifier les campagnes de sensibilisation dans les périphéries tout en dotant chaque zone d’une eau de bonne qualité.

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK ACTU

🔴 RCA : Deux véhicules de l’ONU soupçonnés de transporter des armes stoppés à Carnot

Publié

Le

Par

Selon des informations récemment reçues de la ville de Carnot, deux camions de la MINUSCA ont été stoppés au poste de contrôle non loin de ladite ville sur l’axe de Berberati. Ces camions sont soupçonnés de transporter illégalement des armes qui, selon la population locale, étaient destinées aux rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC).

Le fait que les camions appartiennent à la mission onusienne ne fait aucun doute, car ils ont été indiqués par des marques UN. En outre, selon la population locale, au moment où ces véhicules ont été stoppés, d’autres camions de la MINUSCA sont arrivés décharger des cartons dans ceux stoppés en cachette.

Particulièrement suspect semble le fait que la MINUSCA n’a jamais utilisé une telle procédure pour doter ses casques bleus. Il convient également de noter que la mission onusienne a refusé que les agents d’inspections puissent faire le contrôle de ces véhicules.

Les habitants de la localité ne doutent pas que la MINUSCA ait ainsi transporté des armes pour les rebelles de la CPC, car les casques bleus ont longtemps été reconnus comme coopérant avec ces bandits. La mission des Nations Unies est souvent critiquée pour son inefficacité et son appui aux groupes armés en République centrafricaine. Ainsi, il n’est pas rare que des casques bleus donnent leurs armes aux rebelles sans combat et établissent leurs bases à proximité des abris des rebelles, qui continuent de commettre des exactions en toute impunité.

La question se pose de savoir pourquoi les casques bleus coopèrent-ils avec les bandits qui ont causé beaucoup de souffrances aux habitants de la République Centrafricaine? Trafic d’armes et de munitions, or et diamant, ce sont des business juteux qui lient souvent les casques bleus de la MINUSCA et les groupes rebelles en Centrafrique, pays où ils sont déployés pour ramener la stabilité et la paix.

Alors que l’enquête est en cours sur deux camions de la MINUSCA stoppés à Carnot et qui auraient transporté des armes, il reste à espérer que le gouvernement centrafricain sera au courant de cette menace de la part de la MINUSCA, qui fournit des armes et des munitions aux rebelles

Lire la suite

ABK ACTU

⏯️ Eric YAKAM : « Mme Bibou NISSACK est dans le rôle de défendre l’intérêt et l’image de son époux »

Eric YAKAM, Journaliste politique.

Publié

Le

Par

Pour réécouter en intégralité l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

« Mme Bibou NISSACK est dans le rôle de défendre l’intérêt et l’image de son époux… Elle a cru bon à travers cette campagne (Free Bibou Nissack) susciter l’émoi de nos autorités gouvernementales qui ont pris sur elles d’appliquer une sentence dure « 

« Le fait que les médias en parlent c’est déjà quelque chose de positif. Mais est-ce que les autorités vont succomber à ce plaidoyer ? Pas si sûr, parce qu’elles ont suffisamment montré que manifester dans notre pays est illégal. »

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES