Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

⏯️ Louis Marie KAKDEU : « L’équilibre régional présenté aujourd’hui est l’équilibre des postes »

Dr Louis Marie KAKDEU, Universitaire, chroniqueur permanent ABK Matin

Publié

Le

Pour réécouter en intégralité l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

 » La politique des quotas aux examens officiels au Cameroun favorise le népotisme et ne profite qu’aux élites prédatrices : les quotas ne sont pas égalitaires, la région de l’Extrême-Nord depuis 60 ans fait partie des zones d’éducation prioritaires ce n’est pas acceptable. »

 » La politique des quotas permet la remise de niveau mais au Cameroun, cela s’est appliquée à une politique définitive comme s’il y avait des sous citoyens. À côté de l’Extrême-Nord, il y a aussi la région du Sud qui est restée dans cette politique. Une politique mise sur pied pour favoriser l’élite, voilà comment ça se passe chez nous. »

 » Il faut aujourd’hui défendre la répartition des richesses au lieu de mettre sur pied une politique des postes qui ne profitent qu’à ceux qui ont des richesses »

 » L’équilibre régional présenté aujourd’hui est l’équilibre des postes. Regardez les tensions aujourd’hui dans le pays, c’est parce que les représentants de la nation ne font pas leur boulot, ils sont préoccupés à défendre leurs postes. »

 » Concernant la politique des quotas aux examens, quand on vous parle de 30 % par exemple dans la région du Grand Nord, qui en profite ? Ce ne sont pas les enfants de paysans qui réussissent à l’ENAM mais les enfants de Cavayé Yéguié Djibril qui n’ont rien des nordistes. Si cela touchait les enfants sous scolarisés, on comprendrait. Aujourd’hui, il faut donc revoir cette politique, soit elle est bénéfique à ces enfants soit on annul. »

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK ACTU

⏯️ Louis Marie Kakdeu : « Notre dépendance aux fournisseurs extérieurs nous fait subir les crises internationales »

Louis Marie Kakdeu est PhD, économiste, chercheur. Il est chroniqueur permanent d’Abk radio

Publié

Le

Par

Pour réécouter en intégralité l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

« Parlant de l’inflation et de pénuries, depuis l’avènement du covid-19, beaucoup de pays fournisseurs font leurs propres réserves alimentaires. D’autres part, il y a eu ralentissement de productions dans certains pays notamment asiatiques ».

« Nous n’avons pas en ce moment d’autre choix que de faire des réserves alimentaires ».

« On a cette habitude d’importer à l’étranger au détriment de la production nationale ».

« Le Cameroun est passé d’une importation de 1,2 millions de tonnes qui ne suffisaient même pas à 400 milles tonnes. »

« Il y a besoin de réguler la politique agricole au Cameroun. Le cycle de production des aliments comme le riz (trois mois) n’est pas long, c’est simplement un problème de politique publique.

« La production locale est source de création d’emplois et de souveraineté économique, le Cameroun gagnerait à y penser. Le Cameroun a tout intérêt à promouvoir la production locale car cela permet de créer des emplois et cela donne une souveraineté alimentaire ».

« Quand on est dépendant des fournisseurs extérieurs, on subit les crises internationales ».

« L’État doit faire des investissements de souveraineté. On ne peut pas espérer que les choses vont s’arranger toute seule »

« Si l’État fait cela en moins de trois ans on résous le problème. Il n’y a pas de contrat de confiance entre les investisseurs et l’état. Chez nous on prend des mesures incitatives qui ne durent même pas deux ans ».

Propos retranscrits par Laila Djamilatou, Laure Manga et Carine Hzemeu

Lire la suite

ABK ACTU

⏯️ Pr Olivier Bilé: « Nos états maintiennent frauduleusement le système de parti unique »

Olivier Bilé est le président du parti Les Libérateurs. il a été reçu en interview par Achille Assako dans ABK Matin, à la suite d’une requête déposée à la Cour Constitutionnelle

Publié

Le

Par

Olivier Bilé

Pour réécouter en intégralité l’interview d’Olivier Bolé, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous, quelques attitudes fortes d’Olivier Bilé recueillies lors de cette interview:

« Malgré l’orientation de la démocratie libérale, nos États comme le Cameroun ont maintenu frauduleusement les partis uniques. »

« Nous allons devant le Conseil Constitutionnel du Cameroun pour dénoncer ces abus parce que ce n’est pas une institution comme les autres, ses décisions sont irrévocables »

« Le Cameroun est profondément malade, et sur tous plans : politique, social et économique »

« Nous ne maîtrisons pas le calendrier électoral au Cameroun. Il est complètement aléatoire »

« Parlant des propositions que nous avons faites dans la requête adressée au conseil constitutionnel, la première chose à faire mettre sur pied un gouvernement de transition et de salut public;

« La deuxième proposition est de mettre sur pied un système d’élection présidentielle à deux tours ».

Le Cameroun a complètement déraillé sur tous ses projet de développement, y compris celui de l’émergence »

« Le conseil constitutionnel ne va pas dire éternellement _non recevable_ »

« Nous avons besoin aujourd’hui de nous regarder en face et j’espère que le conseil constitutionnel que j’évoque ici aura le bon sursaut afin que nous réglons nos problèmes entre Camerounais »

« Nous ne pouvons pas être tous dans les mêmes chantiers parlant de mes collègues des autres formations politiques engagés dans la mise sur pied ‘un nouveau code électoral. Nous ce que nous voulons, c’est que le mal soit soigné à la racine.

Transcriptions Laila Djamilatou et Cathy Mintsa

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES