Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

⏯️ Charles Élie ZANG : « Après la CAN, il y aura un nouveau gouvernement et ceux qui partiront feront face à la justice »

Charles Élie ZANG, Communicant RDPC

Publié

Le

Pour réécouter en intégralité l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

 » Il faut être initié pour comprendre les discours du président Paul BIYA. »

 » S’agissant du discours du Chef de l’État sur la pandémie à Coronavirus, le vaccin n’étant pas obligatoire, l’État qui a besoin de protéger sa population doit trouver un stratagème pour vacciner sa population. Vous irez au stade alors faites vous vacciner. »

 » On ne demande pas d’aller au stade en étant vacciné obligatoirement, mais sachez que vous serez soumis à un contrôle sanitaire. »

 » La vaccination est comme la prière, vous êtes libre de prier ou pas du tout. Il n’y a pas une obligation de la vaccination. Vous pouvez opter de regarder votre match à la télé. »

 » Ce n’est pas la CAN des autorités mais de tout le monde, alors qu’est-ce qui m’empêche 24 heures avant de faire mon test Covid-19 ou de me faire vacciner et par la suite me rendre au stade ? (…) Nous sommes à une semaine de cette grande messe du football, véhiculons des informations qui permettront de dissiper le doute dans la tête des compatriotes qui voudront vivre cette CAN. »

 » On n’est plus en guerre dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest. Quand deux énergumènes appelés Ambaboys viennent tirer sur des enfants à Ekondo Titi, ce n’est pas la guerre ! »

 » Le patron du RDPC vous dit que le vaccin n’est pas obligatoire en même temps il vous dit que pour avoir accès aux stades, faites-vous vacciner. »

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK ACTU

🔴 RCA : Deux véhicules de l’ONU soupçonnés de transporter des armes stoppés à Carnot

Publié

Le

Par

Selon des informations récemment reçues de la ville de Carnot, deux camions de la MINUSCA ont été stoppés au poste de contrôle non loin de ladite ville sur l’axe de Berberati. Ces camions sont soupçonnés de transporter illégalement des armes qui, selon la population locale, étaient destinées aux rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC).

Le fait que les camions appartiennent à la mission onusienne ne fait aucun doute, car ils ont été indiqués par des marques UN. En outre, selon la population locale, au moment où ces véhicules ont été stoppés, d’autres camions de la MINUSCA sont arrivés décharger des cartons dans ceux stoppés en cachette.

Particulièrement suspect semble le fait que la MINUSCA n’a jamais utilisé une telle procédure pour doter ses casques bleus. Il convient également de noter que la mission onusienne a refusé que les agents d’inspections puissent faire le contrôle de ces véhicules.

Les habitants de la localité ne doutent pas que la MINUSCA ait ainsi transporté des armes pour les rebelles de la CPC, car les casques bleus ont longtemps été reconnus comme coopérant avec ces bandits. La mission des Nations Unies est souvent critiquée pour son inefficacité et son appui aux groupes armés en République centrafricaine. Ainsi, il n’est pas rare que des casques bleus donnent leurs armes aux rebelles sans combat et établissent leurs bases à proximité des abris des rebelles, qui continuent de commettre des exactions en toute impunité.

La question se pose de savoir pourquoi les casques bleus coopèrent-ils avec les bandits qui ont causé beaucoup de souffrances aux habitants de la République Centrafricaine? Trafic d’armes et de munitions, or et diamant, ce sont des business juteux qui lient souvent les casques bleus de la MINUSCA et les groupes rebelles en Centrafrique, pays où ils sont déployés pour ramener la stabilité et la paix.

Alors que l’enquête est en cours sur deux camions de la MINUSCA stoppés à Carnot et qui auraient transporté des armes, il reste à espérer que le gouvernement centrafricain sera au courant de cette menace de la part de la MINUSCA, qui fournit des armes et des munitions aux rebelles

Lire la suite

ABK ACTU

⏯️ Eric YAKAM : « Mme Bibou NISSACK est dans le rôle de défendre l’intérêt et l’image de son époux »

Eric YAKAM, Journaliste politique.

Publié

Le

Par

Pour réécouter en intégralité l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

« Mme Bibou NISSACK est dans le rôle de défendre l’intérêt et l’image de son époux… Elle a cru bon à travers cette campagne (Free Bibou Nissack) susciter l’émoi de nos autorités gouvernementales qui ont pris sur elles d’appliquer une sentence dure « 

« Le fait que les médias en parlent c’est déjà quelque chose de positif. Mais est-ce que les autorités vont succomber à ce plaidoyer ? Pas si sûr, parce qu’elles ont suffisamment montré que manifester dans notre pays est illégal. »

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES