Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

⏯️ Père Ludovic LADO : « Je souhaite au chef de l’État de se retirer en 2022 pour donner la chance à un autre Camerounais de conduire ce pays »

Publié

Le

Pour réécouter en intégralité l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

 » Interrompre quelqu’un qui marche seul est un indicateur d’un pays de non droit. Ma marche du 11 octobre 2020 était d’abord une expérience spirituelle. L’objectif était aussi d’obtenir qu’on marche dans un pays comme le nôtre sans être arrêté, mais on en est pas encore là. Dommage ! »

 » Là où il y a l’injustice, un bon jésuite doit y être. Je considère que je suis dans mon rôle. Quand je dénonce les injustices de mon pays, de la société et du monde, je ne fais pas la politique, j’assume tout simplement ma vocation. »

 » Quand je lève la voix pour dire que le pays peut être bien géré en matière des droits humains, ce n’est pas prendre parti de l’opposition. Nous pouvons avoir les mêmes combats; on ne peut pas m’empêcher de faire mon travail de prêtre : un veilleur sur la cité. »

« Au sujet de la prière interreligieuse pour le bon déroulement de la CAN, je n’ai rien contre cela. Mon problème, c’est que cette prière était sous le haut patronage du chef de l’État. C’est du jamais vu, qu’un archevêque convoque une prière sous le haut patronage du président de la république, donc la cour céleste n’existe pas ? C’est très grave ça ! Non , laissez le président dans les affaires politiques gérer sa CAN et prier sous le haut patronage de la cour céleste. »

« Je ne suis pas contre la CAN, ce qui me gêne c’est la condamnation par le tribunal militaire des personnes qui ont eu seulement l’intention de marcher. À côté de cela, nous avons eu 5 ans pour résoudre le problème du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, on a jamais pris le taureau par les cornes. Moi je ne peux pas adhérer à un tel amusement. »

 » Je ne suis ni de près ni de loin associé au MRC. Il peut se trouver que nos points de vue convergent sur un certain nombre de problématique mais cela ne veut pas dire que j’adhère à un parti politique, ça ne m’intéresse pas. Je n’ai aucune connexion avec le MRC. Ceux qui affirment cela, c’est parce qu’on pris pour habitude dans ce pays de croire que tous les bamilékés font partie du MRC, c’est la ligne de fracture que ceux qui nous gouvernent, propagent dans l’opinion publique aujourd’hui. »

 » Il n’y a pas que les camarades du MRC qui ont été condamnés, les jeunes adhérents du mouvement Stand Up For Cameroon et les prisonniers de la crise du Nord-Ouest et Sud-Ouest aussi. Alors quand j’adhère de libérer les prisonniers politiques avant la CAN cela n’a rien avoir avec le MRC, les amalgames que les gens font n’engagent qu’eux. Je le redis, je n’ai aucun lien particulier avec le MRC. »

 » Je ne regarderai aucun match de la Coupe d’Afrique des Nations. Sinon pour attirer l’attention de mes compatriotes qu’il s’agit d’une bonne distraction au sein d’une bonne dictature; car après la CAN on va retrouver nos vieux démons de la répression. »

 » Si le Cameroun est la meilleure équipe et remporte la CAN, je leur adresserai mes félicitations. Encore une fois je le redis, je ne suis pas contre cette compétition mais du contexte dans lequel elle se déroule. »

 » Pour ce qui est de mes vœux de 2022 au chef de l’État, je lui souhaite de se retirer au pouvoir en 2022 et donner la chance à un autre Camerounais de conduire ce pays. Ça fait près de 40 ans qu’il est en place, il laisse un pays très divisé, je souhaite vraiment qu’il prenne la mesure de la réalité actuelle du Cameroun. Je lui souhaite une bonne retraite du pouvoir. »

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK ACTU

🔴 RCA : Deux véhicules de l’ONU soupçonnés de transporter des armes stoppés à Carnot

Publié

Le

Par

Selon des informations récemment reçues de la ville de Carnot, deux camions de la MINUSCA ont été stoppés au poste de contrôle non loin de ladite ville sur l’axe de Berberati. Ces camions sont soupçonnés de transporter illégalement des armes qui, selon la population locale, étaient destinées aux rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC).

Le fait que les camions appartiennent à la mission onusienne ne fait aucun doute, car ils ont été indiqués par des marques UN. En outre, selon la population locale, au moment où ces véhicules ont été stoppés, d’autres camions de la MINUSCA sont arrivés décharger des cartons dans ceux stoppés en cachette.

Particulièrement suspect semble le fait que la MINUSCA n’a jamais utilisé une telle procédure pour doter ses casques bleus. Il convient également de noter que la mission onusienne a refusé que les agents d’inspections puissent faire le contrôle de ces véhicules.

Les habitants de la localité ne doutent pas que la MINUSCA ait ainsi transporté des armes pour les rebelles de la CPC, car les casques bleus ont longtemps été reconnus comme coopérant avec ces bandits. La mission des Nations Unies est souvent critiquée pour son inefficacité et son appui aux groupes armés en République centrafricaine. Ainsi, il n’est pas rare que des casques bleus donnent leurs armes aux rebelles sans combat et établissent leurs bases à proximité des abris des rebelles, qui continuent de commettre des exactions en toute impunité.

La question se pose de savoir pourquoi les casques bleus coopèrent-ils avec les bandits qui ont causé beaucoup de souffrances aux habitants de la République Centrafricaine? Trafic d’armes et de munitions, or et diamant, ce sont des business juteux qui lient souvent les casques bleus de la MINUSCA et les groupes rebelles en Centrafrique, pays où ils sont déployés pour ramener la stabilité et la paix.

Alors que l’enquête est en cours sur deux camions de la MINUSCA stoppés à Carnot et qui auraient transporté des armes, il reste à espérer que le gouvernement centrafricain sera au courant de cette menace de la part de la MINUSCA, qui fournit des armes et des munitions aux rebelles

Lire la suite

ABK ACTU

⏯️ Eric YAKAM : « Mme Bibou NISSACK est dans le rôle de défendre l’intérêt et l’image de son époux »

Eric YAKAM, Journaliste politique.

Publié

Le

Par

Pour réécouter en intégralité l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

« Mme Bibou NISSACK est dans le rôle de défendre l’intérêt et l’image de son époux… Elle a cru bon à travers cette campagne (Free Bibou Nissack) susciter l’émoi de nos autorités gouvernementales qui ont pris sur elles d’appliquer une sentence dure « 

« Le fait que les médias en parlent c’est déjà quelque chose de positif. Mais est-ce que les autorités vont succomber à ce plaidoyer ? Pas si sûr, parce qu’elles ont suffisamment montré que manifester dans notre pays est illégal. »

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES