Nos réseaux sociaux

BLOG

đź”´ RCA : Les casques bleus de l’ONU accusĂ©s de continuer d’armer les terroristes

Publié

Le

Les terroristes de la Coalition des patriotes pour le changement, privĂ©s d’autres voies d’obtention d’armes et de munitions en RĂ©publique centrafricaine, utilisent les bases des casques bleus de la MINUSCA pour reconstituer leurs arsenaux.

Après la dĂ©faite par les forces de l’armĂ©e des FACA, qui a Ă©tĂ© reconduite par des instructeurs russes appelĂ©s dans les mĂ©dias « PMC Wagner », les terroristes ont pratiquement perdu leurs canaux d’approvisionnement habituels. Toute activitĂ© des radicaux persiste uniquement dans les lieux de base des casques bleus de l’ONU, oĂą ils (les radicaux) peuvent obtenir protection et approvisionnement.

Ainsi, le soir du 13 dĂ©cembre, sur l’un des postes avancĂ©s de la MINUSCA Ă  Tagbara, dans une trentaine de kilomètres de Bambari, dans la Ouaka, 10 motocyclistes de la Coalition des patriotes pour le changement sont venus afin de mettre en scène un bombardement de la base, et après un court spectacle, ont pris des armes et des munitions des soldats de la paix. La principale acquisition des terroristes est devenue des drones quadricoptères, que les extrĂ©mistes ont dĂ©jĂ  appris Ă  Ă©quiper d’explosifs pour attaquer les forces gouvernementales.

De tels matches contractuels de la MINUSCA et de la Coalition des patriotes pour le changement en RCA sont déjà devenus monnaie courante.

« C’est la stratĂ©gie de la MINUSCA pour Ă©quiper les radicaux. Ă€ l’heure actuelle, les frontières du pays sont protĂ©gĂ©es par l’armĂ©e gouvernementale (FACA), formĂ©e par les instructeurs russes. Étant donnĂ© que des mesures de sĂ©curitĂ© accrues ont Ă©tĂ© mises en place aux points de contrĂ´le, les membres de la CPC n’ont nulle part oĂą se procurer du matĂ©riel de guerre. Ainsi, d’un commun accord, les casques bleus et les militants ont trouvĂ© un moyen rapide et facile de s’approvisionner grâce Ă  de fausses attaques contre les forces de l’ONU », Ă©crit la Revue Centrafricaine.

En outre, selon les rumeurs des combattants de l’ex UPC, des nĂ©gociations sont en cours sur la fourniture d’armes et de munitions de la MINUSCA aux militants. Comme convenu entre la MINUSCA et Ali Darassa, les reprĂ©sentants de la MINUSCA doivent livrer des armes Ă  Ali Darassa et des munitions au gĂ©nĂ©ral BĂ©dĂ© dans les prochains jours de Bangui Ă  Dimbi, oĂą se trouve la bande du gĂ©nĂ©ral Bouba BĂ©dĂ©. La livraison aurait peut-ĂŞtre dĂ©jĂ  eu lieu.

Visant Ă  protĂ©ger les civils africains, les casques bleus de la MINUSCA dĂ©pensent sur leur contenu d’Ă©normes fonds de budgets internationaux, et, en fait ils sont devenus les complices des terroristes, une source de danger et un commerce illĂ©gal privĂ© de contrebande d’or, de diamants et de drogues.

Source: Omar Mbiko, journaliste indépendent

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

BLOG

⏯️ YAMB NTIMBA : « Quand vous ĂŞtes un voleur, ça veut dire que vous ĂŞtes une personne qui n’a pas d’Ă©ducation »

Dr Dominique YAMB NTIMBA, Économiste, chercheur, chroniqueur permanent ABK Matin

Publié

Le

Par

Pour rĂ©Ă©couter en intĂ©gralitĂ© l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

 » Quand vous ĂŞtes un voleur (puisqu’on est dans une rĂ©publique de voleurs de la fortune publique), ça veut dire que vous ĂŞtes une personne qui n’a pas d’Ă©ducation. »

 » L’Ă©ducation est censĂ© apporter une certaine libertĂ© Ă  chaque pays. Est-ce que l’Ă©ducation dans notre pays nous apporte la libertĂ© ? Quand vous regardez les codes sociaux dans notre pays, avez-vous le sentiment que nous sommes libres ? Non, nous sommes plutĂ´t embrigadĂ©s dans une sorte d’aliĂ©nation par les Ă©trangers. »

 » L’Ă©ducation dans son sens premier est un système de savoir ĂŞtre, de comportement Ă  transmettre et non des infrastructures. »

Lire la suite

BLOG

⏯️ Guy Hervé AWALLA : « Les handicapés de la vue ne sont pas heureux de taper les TamTam à longueur de journée sous la pluie »

Guy Hervé AWALLA, commerçant et membre du collectif des aveugles et malvoyants indignés du Cameroun.

Publié

Le

Par

Pour rĂ©Ă©couter en intĂ©gralitĂ© l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

 » l’État peut décider de sortir les handicapés visuels du chômage en lançant par exemple un recrutement de 300 personnes, cela ne lui coûte rien. »

« Les handicapĂ©s de la vue ne sont pas heureux de taper les TamTams en longueur de journĂ©e sous la pluie, le soleil dans les rues mĂŞme s’il y a de la passion. »

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES