Nos réseaux sociaux

ABK ACTU

⏯️ Pr Olivier Bilé: « Nos états maintiennent frauduleusement le système de parti unique »

Olivier Bilé est le président du parti Les Libérateurs. il a été reçu en interview par Achille Assako dans ABK Matin, à la suite d’une requête déposée à la Cour Constitutionnelle

Publié

Le

Olivier Bilé

Pour réécouter en intégralité l’interview d’Olivier Bolé, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous, quelques attitudes fortes d’Olivier Bilé recueillies lors de cette interview:

« Malgré l’orientation de la démocratie libérale, nos États comme le Cameroun ont maintenu frauduleusement les partis uniques. »

« Nous allons devant le Conseil Constitutionnel du Cameroun pour dénoncer ces abus parce que ce n’est pas une institution comme les autres, ses décisions sont irrévocables »

« Le Cameroun est profondément malade, et sur tous plans : politique, social et économique »

« Nous ne maîtrisons pas le calendrier électoral au Cameroun. Il est complètement aléatoire »

« Parlant des propositions que nous avons faites dans la requête adressée au conseil constitutionnel, la première chose à faire mettre sur pied un gouvernement de transition et de salut public;

« La deuxième proposition est de mettre sur pied un système d’élection présidentielle à deux tours ».

Le Cameroun a complètement déraillé sur tous ses projet de développement, y compris celui de l’émergence »

« Le conseil constitutionnel ne va pas dire éternellement _non recevable_ »

« Nous avons besoin aujourd’hui de nous regarder en face et j’espère que le conseil constitutionnel que j’évoque ici aura le bon sursaut afin que nous réglons nos problèmes entre Camerounais »

« Nous ne pouvons pas être tous dans les mêmes chantiers parlant de mes collègues des autres formations politiques engagés dans la mise sur pied ‘un nouveau code électoral. Nous ce que nous voulons, c’est que le mal soit soigné à la racine.

Transcriptions Laila Djamilatou et Cathy Mintsa

Lire la suite
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ABK ACTU

⏯️ Louis Marie Kakdeu : « Notre dépendance aux fournisseurs extérieurs nous fait subir les crises internationales »

Louis Marie Kakdeu est PhD, économiste, chercheur. Il est chroniqueur permanent d’Abk radio

Publié

Le

Par

Pour réécouter en intégralité l’interview, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous quelques attitudes fortes recueillies lors de cette interview:

« Parlant de l’inflation et de pénuries, depuis l’avènement du covid-19, beaucoup de pays fournisseurs font leurs propres réserves alimentaires. D’autres part, il y a eu ralentissement de productions dans certains pays notamment asiatiques ».

« Nous n’avons pas en ce moment d’autre choix que de faire des réserves alimentaires ».

« On a cette habitude d’importer à l’étranger au détriment de la production nationale ».

« Le Cameroun est passé d’une importation de 1,2 millions de tonnes qui ne suffisaient même pas à 400 milles tonnes. »

« Il y a besoin de réguler la politique agricole au Cameroun. Le cycle de production des aliments comme le riz (trois mois) n’est pas long, c’est simplement un problème de politique publique.

« La production locale est source de création d’emplois et de souveraineté économique, le Cameroun gagnerait à y penser. Le Cameroun a tout intérêt à promouvoir la production locale car cela permet de créer des emplois et cela donne une souveraineté alimentaire ».

« Quand on est dépendant des fournisseurs extérieurs, on subit les crises internationales ».

« L’État doit faire des investissements de souveraineté. On ne peut pas espérer que les choses vont s’arranger toute seule »

« Si l’État fait cela en moins de trois ans on résous le problème. Il n’y a pas de contrat de confiance entre les investisseurs et l’état. Chez nous on prend des mesures incitatives qui ne durent même pas deux ans ».

Propos retranscrits par Laila Djamilatou, Laure Manga et Carine Hzemeu

Lire la suite

ABK ACTU

⏯️ Père Ludovic LADO : « Je ne suis ni de près ni de loin associé au MRC, tous les bamilékés ne font pas forcément partie du MRC »

Père Ludovic LADO S.J est Prêtre Jésuite.

Publié

Le

Par

Pour réécouter en intégralité l’interview de Ludovic Lado, cliquez sur le lien ci-dessous:

Ci-dessous, quelques attitudes fortes du Père Ludovic Lado recueillies lors de cette interview:

 » Interrompre quelqu’un qui marche seul est un indicateur d’un pays de non droit. Ma marche du 11 octobre 2020 était d’abord une expérience spirituelle. L’objectif était aussi d’obtenir qu’on marche dans un pays comme le nôtre sans être arrêté, mais on en est pas encore là. Dommage ! »

 » Là où il y a l’injustice, un bon jésuite doit y être. Je considère que je suis dans mon rôle. Quand je dénonce les injustices de mon pays, de la société et du monde, je ne fais pas la politique, j’assume tout simplement ma vocation. »

 » Quand je lève la voix pour dire que le pays peut être bien géré en matière des droits humains, ce n’est pas prendre parti de l’opposition. Nous pouvons avoir les mêmes combats; on ne peut pas m’empêcher de faire mon travail de prêtre : un veilleur sur la cité. »

« Je ne suis pas contre la CAN »

« Au sujet de la prière interreligieuse pour le bon déroulement de la CAN, je n’ai rien contre cela. Mon problème, c’est que cette prière était sous le haut patronage du chef de l’État. C’est du jamais vu, qu’un archevêque convoque une prière sous le haut patronage du président de la république, donc la cour céleste n’existe pas ? C’est très grave ça ! Non , laissez le président dans les affaires politiques gérer sa CAN et prier sous le haut patronage de la cour céleste. »

« Ce qui me gêne c’est la condamnation par le tribunal militaire des personnes qui ont eu seulement l’intention de marcher. À côté de cela, nous avons eu 5 ans pour résoudre le problème du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, on a jamais pris le taureau par les cornes. Moi je ne peux pas adhérer à un tel amusement. »

« Je ne suis ni de près ni de loin associé au MRC »

 » Il n’y a pas que les camarades du MRC qui ont été condamnés, les jeunes adhérents du mouvement Stand Up For Cameroon et les prisonniers de la crise du Nord-Ouest et Sud-Ouest aussi. Alors quand j’adhère de libérer les prisonniers politiques avant la CAN cela n’a rien avoir avec le MRC, les amalgames que les gens font n’engagent qu’eux. Je le redis, je n’ai aucun lien particulier avec le MRC. »

 » Je ne regarderai aucun match de la Coupe d’Afrique des Nations. Sinon pour attirer l’attention de mes compatriotes qu’il s’agit d’une bonne distraction au sein d’une bonne dictature; car après la CAN on va retrouver nos vieux démons de la répression. »

 » Je ne suis ni de près ni de loin associé au MRC. Il peut se trouver que nos points de vue convergent sur un certain nombre de problématique mais cela ne veut pas dire que j’adhère à un parti politique, ça ne m’intéresse pas. Je n’ai aucune connexion avec le MRC. Ceux qui affirment cela, c’est parce qu’on pris pour habitude dans ce pays de croire que tous les bamilékés font partie du MRC, c’est la ligne de fracture que ceux qui nous gouvernent, propagent dans l’opinion publique aujourd’hui. »

« Pour ce qui est de mes vœux de 2022 au chef de l’État, je lui souhaite de se retirer du pouvoir en 2022 »

 » Si le Cameroun est la meilleure équipe et remporte la CAN, je leur adresserai mes félicitations. Encore une fois je le redis, je ne suis pas contre cette compétition mais du contexte dans lequel elle se déroule. »

 » Pour ce qui est de mes vœux de 2022 au chef de l’État, je lui souhaite de se retirer au pouvoir en 2022 et donner la chance à un autre Camerounais de conduire ce pays. Ça fait près de 40 ans qu’il est en place, il laisse un pays très divisé, je souhaite vraiment qu’il prenne la mesure de la réalité actuelle du Cameroun. Je lui souhaite une bonne retraite du pouvoir. »

Lire la suite

LES PLUS POPULAIRES